Les oiseaux de passage

Regardez les passer, eux Ce sont les sauvages Ils vont où leur desir Le veut par dessus monts Et bois, et mers, et vents Et loin des esclavages L'air qu'ils boivent Ferait éclater vos poumons... Regardez les vieux coqs Jeune Oie édifiante Rien de vous ne pourra monter aussi haut qu'eux Et le peu qui viendra d'eux à vous C'est leur fiante Les bourgeois sont troublés De voir passer les gueux Jean Richepin, Georges Brassens
Regardez les passer, eux
Ce sont les sauvages
Ils vont où leur desir
Le veut par dessus monts
Et bois, et mers, et vents
Et loin des esclavages
L’air qu’ils boivent
Ferait éclater vos poumons…
Regardez les vieux coqs
Jeune Oie édifiante
Rien de vous ne pourra
monter aussi haut qu’eux
Et le peu qui viendra
d’eux à vous
C’est leur fiante
Les bourgeois sont troublés
De voir passer les gueux
.
Jean Richepin,
Georges Brassens

 

 

Share

Poème de Nathalie Constant : Turbulences erratiques

Merveilleux poème de Nathalie Constant
Merveilleux poème de Nathalie Constant
 Turbulences erratiques,

Réminiscences du paysage,
Les colères Poséidon
Ont fait chuter l’horizon,
Mélangeant le ciel à la mer .
Blancs immaculés
Des dérives des courants et
Cisaillés par les vents,
Offrent un parfum d’écume,
Des postillons blanchâtres
Jaillissant hors de l’eau .

Comme la mer se déchaîne,
Le bruit soudain de l’eau,
Ramdam des vagues qui s’entrechoquent
Se noyant dans les bras rocheux
Du môle,
Écueil des colères Méditerranéennes
Protégeant les pas
De quelques curieux venus se délecter
De l’air impétueux et regorgeant d’énergie,
Sous l’oeil égaré de ce goéland,
En danger, s’il s’y jetait
Il y ferait naufrage .
Comme la mer se déchaîne,
Belle impétueuse
Elle t’entraîne, comme une sirène
À te laisser aller
À la beauté des lieux,
Turbulences erratiques …

Nathalie Constant

Share

Dimanche pluvieux

St Germain de Calberte
Écume de brume

Share

Bad boy

Bad boy
Ni Dieux, ni maîtres !

Share

Rivière de gallets

IMG_6026

Share